Le détachement, c’est quoi ?

Action de détacher, de dégager d’un lien, de séparer quelque chose de ce à quoi il adhère, avec quoi il est en contact; action, fait de se détacher. Couche épidermique en voie de détachement (QUILLET, Méd. 1965, p. 309).

Action de séparer un élément d’un autre, d’un ensemble.

1606 destachement « action de séparer une chose d’une autre; état de ce qui se détache » (CRESPIN);

1651-52 « état de l’âme libérée des attaches du monde » (CORNEILLE, L’Imitation, I, 13)

I've got this endless feeling of loosing my life. But when I realized all the thing I have, nothing more matter.

Le détachement, tout le monde a dû le ressentir au moins une fois dans sa vie de manière différente peut-être. Il arrive sans qu’on s’y attend. C’est quelque chose de complexe. Lorsque plus rien nous rattache à quelque chose. La vie est faite de ces détachements. Je les ressent parfois de manière spontanée comme lorsque je ne réfléchis plus ou quand je vois un film, que j’écoute de la musique, que quelqu’un parle. On est déconnecté. J’aime ce sentiment de détachement. Il m’aime et je l’aime aussi. Je sais pas comment je ferais pour vivre sans. Je pourrais pousser la question du détachement plus loin que ça mais je suis en ce moment en train de ressentir ce sentiment. Il se propage lentement nous enlevant toute réalité. C’est comme si l’on était assis dans un train à 1h regardant autour de nous et se rendant compte que tout va bien.

Mais le détachement peut être vicieux. Par exemple quand l’on souhaite tout arrêter car la vie est trop dure et on ne souhaite pas prendre acte de nos faux pas et donc partir très loin sans que personne sache où nous sommes. Ce sentiment de liberté. Plus d’obligations, plus de difficultés, plus de complexité. Tout est plus beau et plus sûr. Je rêve souvent de ce détachement. Pourtant personne ne devrait ressentir ce dernier. Nous avons de la chance d’être où nous sommes; d’être là à ce moment précis; vivant et à écrire car on en ressent le besoin. Malheureusement nous sommes humain et actuellement dans notre société nous avons besoin de ce détachement. C’est notre unique échappatoire économique. Bon après y a Easyjet si besoin.

By the way, allez voir DETACHMENT (actuellement en salles où je l’écris)

Cheerfully, VIK !

Advertisements
Posted in myself, Philo, Uncategorized | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Et la troisième guerre mondiale c’est pour bientôt ?

Grammy’s, Grammy’s, Grammy’s ! Le bouillon musical américain a eu lieu hier soir aux Etats-Unis au Staples Center. Sans surprise, on a parlé de Whitney sur le tapis rouge, dans la salle et dans les discours de remerciement.

Cette cérémonie a vu triompher Adèle avec six récompenses (ce qui n’est pas une surprise) et de deux récompenses pour les Civil Wars. C’est de eux que je souhaite parler aujourd’hui.

Originaire de Nashville, la ville où l’on compte le plus de musiciens aux kilomètres carrés, les Civil Wars se distingue par leur son très doux et country en même temps. Il est composé d’un homme et d’une femme. L’homme se prénomme John Paul White et la femme Joy Williams. Ils se rencontrèrent par hasard dans un studio d’enregistrement en 2008 à Nashville. A partir de là, une aventure folle les amène à enregistrer des chansons ensemble puis leur premier album, Barton Hollow qui a fêté sa première année y a quelques jours. Et rien de mieux que deux grammys pour célébrer cet anniversaire, celui du meilleur album folk et de la meilleure performance country pour un groupe.

Ils se font connaître grâce à une forte présence de leur chanson “Poison & Wine” dans les séries TV américaines tel que Grey’s Anatomy ou Vampire Diaries.

Hors-Sujet : Vous ne trouvez pas que John ressemble fortement à Jack Sparrow dans Pirates des Caraïbes ? Cette question me travaille beaucoup et je ne suis pas le seul à avoir pensé cela vu que c’est l’une des questions qui revient le plus dans les interviews du groupe.

Dans quelques jours, ils vont entamer une tournée mondiale qui passera en Europe et à Paris au Point Ephémère, le 28 Mars. Je ne peux que vous recommandez ce concert. Pour ma part, j’y serais ! J’essayerai d’avoir un entretien avec eux !

Mais pour vous faire patienter jusqu’à là, rien de mieux qu’écouter leur très bel et bon album, Barton Hollow.

Cheerfully, VIK!

Posted in MUSIC, Soi disant "journaliste" | Tagged , , , , , , , , , , | Leave a comment

Houston nous avons un problème, ramenez nous notre Whitney !

Dimanche 12 Février 2012, à 2h’ du matin j’apprend THE terrible nouvelle par le facebook de mon très cher Woodkid.

Whitney nous a quittée.

Choqué par cette nouvelle, je ne sais plus quoi faire, dois-je pleurer, acheter toute sa discographie sur iTunes comme à la mort de chaque artiste apprécié de ce bas monde, mettre en replay I will always love you ou tout simplement aller me coucher et se dire que ce n’est qu’une simple rumeur et que Whitney est bien plus forte que cela.

En me réveillant le lendemain, ma page est inondée de RIP comme à la mort d’Amy Winehouse, sur iTunes c’est la même chose. J’avais tort, ce n’était pas qu’un simple rêve et que j’étais l’un des premiers à apprendre la triste nouvelle.

Whitney, c’était une voix, une beauté, une drogue. Et oui la drogue, l’un de ses pêchés mignons qui l’a menée à maintes reprises en rehab, un peu comme notre Amy. Elle n’avait que 48 ans, en y pensant elle était jeune, elle avait encore toute sa vie devant elle, ou pas. En enchaînant toutes ces rehab, cela l’a menée à perdre beaucoup d’argent, se voyant même au bord d’être à la rue malgré ces 170 millions de disques vendus à travers le monde.

On se souviendra encore longtemps de sa voix. Houston, c’est une voix, c’est LA voix.

A ne pas confondre avec Tina Turner qui est bel et bien vivante encore aujourd’hui celle là.

Epitaphe : Gainsbarre pourra la baiser maintenant !

Cheerfully, VIK!

Posted in MUSIC, Soi disant "journaliste" | Tagged , , , , , , , , , , | Leave a comment

Soi disant “journaliste”

Comment commencer à écrire sur quelque chose, hein? C’est pour moi une grande question.

Personne ne me lit vraiment donc ça ne sera pas un très grand problème.

Les images sont fortes. Ils ont raison je crois (“ceux qui disent cela”). Les images, c’est si facile et compliquée en même temps.

Il suffit d’appuyer sur un bouton et on a quelque chose. L’écriture n’est pas si simple que cela voilà pourquoi c’est unique. On n’appuie pas sur un bouton et ça y est tout est là, tout beau tout chaud. L’écriture, c’est quelque chose de beau. Chaque mot pour quelque chose, pour une image, un objet, une sensation, un sentiment. Je ne suis pas le seul à avoir compris cela mais depuis un certain moment le déclic est apparu. Ecrire pour se faire entendre. Ecrire pour faire passer un message. Voilà en quoi le journalisme est fait. Le fait de passer un message c’est en quelque sorte aider plusieurs personnes. C’est ce qui me plaît. Je n’ai pas choisi la voie du journalisme pour ces avantages mais car cela me permet de m’évader et d’avertir les gens. Rien qu’en disant cela je ressens plusieurs choses. L’écriture est ma vocation, ma vie est faite pour l’écriture et le partage.

C’est un sentiment que je ne pourrais expliquer tellement il est complexe (pleurs, joie, excitation, etc réunis). L’écriture, c’est moi. C’est chaque partie de ma pensée, de mon moi.

Quand on me pose la question de pourquoi je souhaite être journaliste, c’est tellement compliqué et simple à la fois que je répond à chaque fois que c’est toute ma vie et sans cela je meurs.

Born to pass a message.

Cheerfully, VIK!

Posted in Soi disant "journaliste" | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

Vous n’avez jamais eu envie ….

Suivre son instinct, c’est dur, non ?

Comment choisir ceci/cela ?

Tellement de questions que l’on se pose aujourd’hui. J’ai toujours voulu suivre mon instinct mais ce n’est pas si simple que ça. Y a pas si longtemps j’ai réussi à savoir ce que je voulais dans ma vie mais comment dire ça reste encore un peu flou. L’avenir se dessine chaque jour et c’est ce qui me plaît. On est obligé de passer par certains chemins pour arriver où l’on veut arriver. C’est ce qui est le plus dur. Je voudrais que tout soit si simple et y être déjà. Pour l’instant je me contente de faire ce que je dois faire même si cela est difficile. Mais la vie est faite de ça, c’est ce qui est excitant, non ?

Ne pas savoir ce qui nous arrivera demain ou dans une minute, ce n’est pas le but de ce jeu qui est la vie. Parfois on pense que ce n’est pas suffisant mais je crois que ça l’ait. Les gens nous diront toujours quoi faire mais défier les règles du jeu c’est ça qui nous permet de nous libérer des sentiers battus et parvenir à notre but.

Le mien c’est l’écriture, les images, le mouvement, les sons et la nature. Puisser son inspiration un peu partout pour pouvoir enfin dire que c’est bon. C’est le moment. C’est là. On y est et à partir de là réaliser à ce en quoi on est fait.

Parfois, c’est vrai, comme beaucoup de gens, j’aimerai tout plaquer et me barrer de ce pays mais il faut se battre pour ce qu’on veut même si cela est une épreuve. Chaque épreuve à une fin, voilà ce qu’il faut se dire ! La vie est un paysage panoramique, souvenez-vous en.

Cheerfully, VIK!

Posted in myself | Tagged , , , , , , , , , , , | Leave a comment

HELLO WORLD !

If you don’t want to read this, don’t read it.

I’m only here because I want to share things that I know and my luck. Yes, I said my luck. All my friends say that I’m a lucky guy because I can do and go everywhere I want but it’s false. Life is not that easy.

It’s hard for me to create and share stuffs because I think you must keep your identity for you and not expose yourself on internet or somewhere else. Identity is everything. When I will write a post, I hope that you will find a bit of me, a bit of my feelings and might do your own vision of me. It’s what I want to do. Have lots of identity through your eyes.

Everybody have the right to express their individuality and imagination.

Cheerfully, VIK!

Posted in myself | Tagged , , , , , , | Leave a comment